Vous êtes ici : Accueil   >   Arts visuels   >   Publications   >   Cahiers Chroniques

Cahiers Chroniques

Cahiers Chroniques /01 : Livres d'artistes

Sous la direction de Corinne Pencenat, et Germain Roesz - ISBN  2-9521580-0-2, Université de Strasbourg (Faculté des arts / EA3402 Accra), 2004 (Indisponible à la vente. Non réédité).

Le livre d’artiste est un objet plastique, une méthode d’analyse, un système de pensée, le lieu d’un déploiement presque intime de la pratique d’un artiste dans le champ artistique contemporain. A la fin des années 1990, le département des arts plastiques de l’Université de Strasbourg (anciennement Marc Bloch) avait pris la décision de constituer une collection de livres d’artistes au sein de sa bibliothèque des arts. Une définition large du livre d’artiste avait été adoptée, considérant que ce fond devait avoir valeur d’exemple tant pour des raisons historiques que pédagogiques. Il a donc été choisi de présenter des livres qui ressortent du carnet d’artiste, de la bibliophilie traditionnelle ou de la néo-bibliophilie, du livre-objet, de l’accompagnement d’un texte voire de son illustration. Dans le texte de présentation de la collection, Jean-François Robic, insiste sur ce point de diversité des livres acquis par la bibliothèque des arts. Il classe par catégorie, et donne des livres une définition précise. Il faut noter que bien souvent le livre d’artiste reste le seul lieu d’une rencontre possible entre un poète et un plasticien. Il y a dans ce sens une grande tradition (d’illustration parfois, mais surtout de connivence). On pense aux livres réalisés par Nicolas de Staël pour Pierre Lecuire, aux dessins de Masson (1928) ou aux gravures de Bellmer qui accompagnent Histoire de l’œil, de Georges Bataille, aux dessins de Fautrier (1945) pour Madame Edwarda, à la rencontre de Delaunay et de Blaise Cendrars (la prose du Transsibérien), ou encore de ce livre, Les Transforme, fabriqué en incandescence au bord d’une table entre Jean-Michel Atlan et Christian Dotremont. Cette veine reste active jusqu’à aujourd’hui et témoigne aussi d’un intérêt fort des artistes pour la poésie. Beaucoup d’entre eux en ont aussi une pratique heureuse et active : Gérard Titus-Carmel, Bernard Réquichot, Joël Leick, Jean-Pierre Arnal, Nicolas Fédorenko, Lin Delpierre pour n’en citer que quelques-uns. D’autre part il faut rappeler qu’aujourd’hui ce sont ce qu’on appelle de petits éditeurs qui permettent de rencontrer des gestes plastiques novateurs (voir les fertiles éditions de Collectif Génération), des textes poétiques expérimentaux ou d’auteurs peu connus. On peut affirmer que, face aux grandes structures d’édition qui ne s’intéressent que très peu à la poésie, il existe une centaine d’éditeurs en France qui fabriquent des livres en mélangeant les techniques (lithographie, sérigraphie, typographie, offset, impressions numériques, collages), les supports (papiers, plastiques, verre, bois, macules), les systèmes de reliure (à la chinoise, par agrafage, par dépliement, par ligature) dans une inventivité jubilatoire. Ces éditeurs font la richesse, souvent peu considérée, d’une activité éditoriale féconde. On rencontre ainsi des noms d’éditeurs qui en eux-mêmes constituent une longue phrase poétique : sixtus, La Sétérée, la Souterraine, Lieux-Dits, l’Amourier, Le Dé Bleu, Tarabuste, Collodion, Voix, Zéro l’infini, etc. La collection de la bibliothèque des arts ressemble à cette diversité et donne une image assez juste de ce qui se produit aujourd’hui en ce domaine. Cette exposition était la première d’une série consacrée aux livres rares, aux livres plastiques. Elle a été réalisée par les étudiants en option art contemporain de Licence d’arts plastiques, et avec le soutien de l’action culturelle de l’Université de Strasbourg (à l'époque Marc Bloch).

Cahiers Chroniques /02 : Claude Gagean, Peintures, Peintures

Ouvrage collectif.

Cahiers Chroniques /03 : Christelle Familiari

Collectif. Sous la direction de Germain Roesz, et de Corinne Pencenat - ISBN  2-9521580-2-9 - Université de Strasbourg (Faculté des arts / EA3402 Accra), 2005. Disponible à la vente, 5€.

"Ce Cahier Chroniques correspond à un séminaire qui a eu lieu en 2003 et pour lequel douze étudiants de Licence en arts plastiques, ont participé régulièrement à la préparation, à la rencontre, et à l’accueil de Christelle Familiari dans le département des arts visuels. Christelle Familiari voyait sa première exposition personnelle au Frac des Pays de Loire, et son œuvre amorçait déjà un tournant dont elle avait pu faire part à l'époque. Connue pour ses performances «osées» dont les thèmes tournaient autour du corps et de la jouissance féminine, de la séduction et de la rencontre, elle faisait part de ses difficultés à laisser vivre de manière autonome les objets qu’elle pouvait fabriquer. L’exposition du Frac laissait présager une ouverture propice à dissiper les malentendus, et les attentes toujours contraignantes d’un public pour qui Christelle Familiari serait avant tout : « celle par qui le scandale arrive !" C. Pencenat.

Cahiers Chroniques /04 : De Strasbourg, Lettrisme et Situationnisme, Hier et aujourd’hui

Collectif. Sous la direction de Corinne Pencenat - ISBN 2-9521580-3-7 - Université de Strasbourg (Faculté des arts / EA3402 Accra), 2005. Epuisé (en cours de ré-impression).

Avec l’exhumation d’archives propres aux évènements qui ont anticipé Mai 68, ce petit livre rouge questionne les résonances provoquées chez les étudiants par le dernier mouvement des avant-gardes, dont le basculement de l’esthétique au politique se joua de façon percutante, en 1966 à l’Université.

 

Cahiers Chroniques /05 : Livres d'artistes, Acte II

Collectif. Sous la direction de Germain Roesz - ISBN  2-9521580-4-5 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2005. Disponible à la vente, 5€.

Cahiers Chroniques /06 : 13 = YI-San, Yang = Ishan, Poésies / Actions 1

ISBN  2-9521580-5-3 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5 €.

Recueil de poèmes illustrés.


Cahiers Chroniques /07 : Cahier Crozat

Sous la direction d'Eric Laniol - ISBN 2-916058-10-9 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Ouvrage épuisé.

Ce numéro des Cahiers Chroniques a été conçu à l’occasion de l’exposition de Christine Crozat « Promenades, récoltes, relevés », organisée en avril-mai 2006 à la galerie Zone d’art à Strasbourg.

Cahiers Chroniques /08 : Hors d'oeuvre

Sous la direction de Sylvie Villaume - ISBN 2-916058-11-7 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2006. Disponible à la vente, 5€.

L’exposition Hors-d’œuvre regroupait des propositions de réalisations plastiques d’étudiants, dont le dénominateur commun était un développement dans l’espace, sous forme d’objets sculpturaux, d’assemblages multiples, de photographies de ready made aidés, de traces d’installations (en vidéo) ou de réalisations in-situ. Il avait semblé intéressant de montrer les approches les plus créatives et les objets les plus inventifs élaborés souvent à partir de matériaux de récupération et/ou à l’aide d’une technologie courante (photo, vidéo). La sobriété des matériaux n’entamant en rien la qualité artistique des objets. Cette simplicité fuyant l’esbroufe paraissait le meilleur hors-d’œuvre, avant l’œuvre.

Cahiers Chroniques /09 : Etendue / Exposition de peinture

Collectif. Sous la direction de Germain Roesz, et de Jean-Louis Flecniakoska - ISBN 2-916058-12-5 - Université de Strasbourg, 2006. Disponible à la vente, 5€.

"Etendue" s’intègre à un mois d’une exposition organisé par les étudiants en 3ème année de Licence arts plastiques de l’Université de Strasbourg (anciennement Marc Bloch) qui en ont aussi assuré le commissariat. "Etendue" tend les toiles de 10 étudiants de 4ème et 5ème année en arts visuels. Étendue de la toile, étendue picturale, étendue spatiale, tout se tend et se détend. "Etendue" est plurielle, comme ceux qui la composent… « Ouvrir encore et encore la paume de la main comme on ouvre l’art qu’on offre » (G. Roesz).

Cahiers Chroniques /10 : NOWHERE, By Forum itinérant & Post-it

Collectif - ISBN 2-91605813-3 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2006. Disponible à la vente, 5€.

Un artiste qui porte comme un lieu Hors champs un groupe d’étudiants, des étudiants qui fondent un groupe Post-it. Du passage, de l’écoute, du travail réciproque, des échanges. Générations qui se télescopent, chevauchées tumultueuses, apprentissage de la communication. Montage d’une exposition, fabrication du dossier de presse, interview. Acquiescements et oppositions. Feu et contre-feu. Une réalisation grandeur nature et le tout pendant une période mouvementée : lutte contre la précarité, demande de moyens pour l’Université ; rien que de naturel. L’art dans ses rets contemporains, généreux, partageur. Le propos de l’exposition, de l’expérience plutôt, est expliqué dans ce petit opuscule par les étudiants eux-mêmes. Dans l’époque cela contient le débat sur l’art, sur les œuvres et les gestes que font les artistes déjà là et ceux en herbe. Dans l’époque cela raisonne comme les signes de ceux qui ouvrent quelques portes. Pour voir. Pour essayer. Pour poursuivre. (G. Roesz)

Cahiers Chroniques /11 : PASSER, Par le cirque 6 lacs. Poésies/Actions N°2

Collectif - ISBN 2-916058-14-1 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2005. Disponible à la vente, 5€.

Recueil de poésies illustré.

Cahiers Chroniques /12 : Lieux, Temps, Appropriation(s) - Livret I

Sous la direction de Geneviève Jolly, et d'Olivier Neveux - ISBN 2-916058-15-x - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5€.

Les textes réunis dans ce livret sont issus d’une recherche menée sur la thématique « Lieux, Temps, Appropriations » dans le cadre d’un séminaire Inter-Arts 2004-2005. Ce séminaire présentait l’intérêt de réunir les différentes filières artistiques de l’Université de Strasbourg autour d’une même problématique. Les articles de ce Cahier Chroniques sont ceux des enseignants et des étudiants de la filière des arts du spectacle. Ils tentent d’interroger, à partir d’exemples concrets, l’appropriation singulière de temps et d’espaces inédits, par les arts du spectacle : ce que cette appropriation mobilise, ce qui en justifie le besoin ou la nécessité, ce qu’elle provoque chez les « spectateurs », et ce qu’elle invente artistiquement.


Cahiers Chroniques /13 : Lieux, Temps, Appropriation(s)- Livret II

Sous la direction de geneviève Jolly, et d'Olivier Neveux - ISBN 2-916058-16-8 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5€.

Les textes réunis dans ce livret sont issus d’une recherche menée sur la thématique « Lieux, Temps, Appropriations » dans le cadre d’un séminaire Inter Arts de 2004-2005. Ce séminaire avait pour intérêt de réunir les différentes filières artistiques de l’Université de Strasbourg autour d’une même problématique. Les articles de ce Cahier Chronique sont ceux des enseignants et des étudiants de la filière des arts du spectacle. Ils tentent d’interroger, à partir d’exemples concrets, l’appropriation singulière de temps et d’espaces inédits, par les arts du spectacle : ce que cette appropriation mobilise, ce qui en justifie le besoin ou la nécessité, ce qu’elle provoque chez les « spectateurs », et ce qu’elle invente artistiquement.


Cahiers Chroniques /14 : Poésies/Actions N°III

Nécessité du jeu/Cécité des règles du Je_Impatience du cri / Patience de l’écriture. Poésies/Actions N°III. Florent Schmitt - ISBN 2-9116058-17-6 - Université de Strasbourg, 2007. Disponible à la vente, 5€.

Recueil de poésies illustré.


Cahiers Chroniques /15 : Poésies/Actions N°4.

NOMADE (No_made)/EMANUEL. Poésies/Actions N°4. Collectif - ISBN 2-916058-18-4 - Université de Strasbourg (FAculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5€.

Recueil de poèmes accompagnés de dessins.


Cahiers Chroniques /16 : NOMADE (No_made 2.0)/Emanuel. Poésies/Actions N°7. Collectif - ISBN 2-916058-27-3 - Université de Strasbourg, 2008. Disponible à la vente, 5€.

Poèmes en trois actes, illustrés de photographies.


Cahiers Chroniques /17 : La critique à l’œuvre

Sous la direction de Corinne Pencenat - ISBN 2-916058-25-7 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5€.

Cette publication est l'un des aboutissements d’un cours de Licence intitulé « Culture et médiation ». Médiation ? L’artiste aujourd’hui écrit, expose, intervient dans le champ culturel de façon diversifiée.

Cahiers Chroniques /18 : Poésies/Actions 6

Tountextbillerbuch, Michel Feinen. Poésies/Actions 6 - Collectif - ISBN 2-916058-26-5 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2007. Disponible à la vente, 5€.

Recueil de poésies illustrées.


Cahiers Chroniques /19 : Mises en scène d’aujourd’hui

Textes réunis par Charlotte Bomy, et Marie-Aude Hemmerlé. Textes de : Roméo Castellucci, François Tanguy, Théâtre du Sous-Marin Jaune - ISBN 2-916058-40-0 - Université de Strasbourg, 2010 (Faculté des arts). Disponible à la vente, 10€.

Mais que fait-on en arts du spectacle ? Parfois _souvent même_ l'on voit et l'on analyse des spectacles. Ce livre est le fruit de débats, de réflexions et de rencontres organisées autour de trois œuvres présentées à Strasbourg durant la saison 2008/2009 : La Divine Comédie selon Roméo Castellucci, Ricercar, du Théâtre du Radeau, et Les Essais, d’après Montaigne, du Théâtre Sous-Marin Jaune. L’ouvrage témoigne de la diversité des regards et des lectures face à des formes scéniques particulières qui ont suscité de vives réactions, aussi bien enthousiastes que critiques. En tant que publication universitaire, c’est aussi l’aboutissement de trois années de Licence durant lesquelles l’étude de la mise en scène contemporaine a occupé une place de choix _les spectacles que nous découvrons ensemble à Strasbourg, au Maillon, au TNS ou au TJP, étant des objets de réflexion privilégiés.

Cahiers Chroniques /20 : Les monstres qui parlent

Rencontres artistiques au Musée Zoologique de Strasbourg. Sous la direction de : Valérie Etter, et Agnès LLoret -ISBN 2-910658-10-9 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2011. Epuisé.

«Relevant du domaine de l’écart et du différent, le monstre n’a jamais cessé de nous interpeler. Car si les monstres nous parlent, c’est bien d’abord en raison de leur altérité foncière et du reflet inversé qu’ils tendent à l’ordre de notre monde. Dans ce dialogue symétrique, l’étrangeté du monstre tiendrait alors aux répliques de notre refoulé, au rebours débridé de nos grammaires raisonnantes. Pour autant, l’inquiétante familiarité du monstre sollicite également fortement le discours des représentations. Et si l’art a toujours frayé avec ces chimères, c’est qu’elles offrent également à l’imaginaire des artistes un espace de jeu particulièrement fécond. Ici la citation, le détournement, l’hybridation sont l’équivalent des contrepèteries et des anagrammes. Formes, couleurs, échelles et matériaux y sont les termes d’un langage libéré des conventions. En cela le monstre nous dit ce qu’il en est vraiment du travail de création : de l’élégant verbiage des grotesques romains aux frissonnantes litanies des Aliens hollywoodiens. L’exposition, dont le présent Cahier Chronique forme ici le catalogue, a souhaité réunir différents aspects de cette cacophonie toujours contemporaine des inventions de l’art. Les monstres qui parlent en ces pages nous disent la créativité toujours fantasque de l’artiste et répondent à notre insatiable curiosité pour les fantasmes de l’homme ; à notre goût toujours aiguisé pour l’étrange et l’inédit. En témoigne également le lieu choisi pour l’accrochage : le Musée Zoologique de l’Université de Strasbourg où s’accumulent d’autres créatures toutes aussi extraordinaires d’apparence et dont la collection renvoie aux poétiques cabinets de curiosité d’autrefois. On s’est simplement souvenu ici que ces Wunderkammer ne dédaignaient pas mêler les prodiges de l’art à ceux de la nature et que leur rencontre pouvait une fois encore, engendrer un espace d’étrange enchantement où l’infini métamorphose des figures animalières se confond avec les fictions de l’art ». M.Demange


Cahiers Chroniques /21 : Révérences

Stratégies du retrait comme geste artistique. Sous la direction de Corinne Pencenat - ISBN 2-916058-29-x - Université de Strasbourg (Faculté des arts). Disponible à la vente, 6€.

En 2004, paraissait dans cette même collection, un petit livre rouge. Avec l’exhumation d’archives propres aux évènements qui ont anticipé Mai 68 : De Strasbourg, Lettrisme et Situationnisme, hier et aujourd’hui, questionnait les résonances provoquées chez des étudiants par le dernier mouvement des avant-gardes, dont le basculement de l’esthétique au politique se joua de façon percutante, en 1966 à l’Université. Cette fois-ci, c’est un petit livre blanc qui est présenté. Révérences : Stratégies du Retrait comme Geste artistique s’annonce comme le pendant nécessaire au premier opus. Le point de regard y est posé au même lieu : comment des jeunes gens, cette fois-ci inscrits dans une formation professionnelle à la critique sauraient s’emparer de « ce qui reste de l’art », après cette ultime tentative d’accomplir le programme rimbaldien de "changer la vie par l’art".


Cahiers Chroniques /22 : De l’ombre à la lumière

Textes réunis par Katrin Gattinger. Textes de : Magalie Brissaud, Michel Demange, Jessy Ducreux, Olivier Grasser, Jean-Louis Hess, Marie Heyd, Katrin Gattinger, Eric Laniol, Charlène Scomparin - ISBN  978-2-916058-46-7 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2012. Disponible à la vente, 8€.

De l’ombre à la lumière, exposition conçue et réalisée par les étudiants du cours Culture et Médiation de 3ème année de Licence d’arts plastiques de la Faculté des arts visuels de l’Université de Strasbourg (avec l’aide du Fonds Régional d’Art Contemporain d’Alsace, et le soutien du Service d’Action Culturelle de l’Université de Strasbourg), réunissait au printemps 2010 les oeuvres des artistes B.P., Annie GREINER, Gérard HAUG, Colette HYVRARD, Didier RITTENER, Claudine QUESNIAUX, Gilles TOUYARD et Vladimir SKODA. Ces pièces venaient attester l’actualité d’un même paramètre plastique : le contraste du noir et du blanc. Au-delà du simple effet produit par cette association de valeurs extrêmes, elles déploient en effet les diverses relations visuelles et sémantiques qui pouvaient articuler ce schéma visuel selon deux occurrences : le principe de la dualité et celui du passage. Entre chiasme et connivence, il s’agissait donc d’exposer l’étonnante richesse des effets plastiques (nuances, variations et rythmes) produite par le dialogue du clair et de l’obscur, et d’en suggérer les nombreuses articulations symboliques dès lors que le blanc s’énonce comme lumière et que le noir se rappelle aux fictions de l’ombre.

L’objet de cet ouvrage est de témoigner de cette exposition et des réflexions qui l’ont accompagnée. Il s’agit, en outre, du premier volume d’une série qui se propose de relayer un travail universitaire mené depuis plusieurs années, au sein du département arts visuels de l’Université de Strasbourg, et qui articule théorie, pratique et expérience professionnelle. Les textes et documents réunis ici par Katrin Gattinger, se veulent l’expression d’une expérience originale associant étudiants, enseignants chercheurs, et l’équipe du Frac Alsace.

Cahiers Chroniques /23 : Métamorphoses

 Métamorphoses (Journée d’étude) / Cadavres exquis(Exposition). Collectif : Sarra Abrougui, Julia Elchinger, Valérie Etter, Ayman Hazzouri, Aurore Heidelberger, Thibault Honoré, Sun-Nyeo Kim, Garance Kusterer, Jean-François Robic, Philippe Rousseaux, Frédéric Verry, Anke Vrijs -  ISBN  978-2-916058-47-4  - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2013. Disponible à la vente, 10€.

L’ensemble des textes réunis ici fait suite à une exposition intitulée « Cadavre exquis ». Le principe du cadavre exquis, issu des pratiques surréalistes, a permis à chaque participant de voir son travail évoluer par le croisement, le métissage et l’hybridation des pratiques de chacun avec l'intention de questionner le thème des Métamorphoses. Ainsi, un professeur et des doctorants issus d’autres disciplines (littérature comparée et théologie), se sont joints au groupe pour une interroger de manière collective et transversale les notions de transformation, d’hybridation ou d’interdisciplinarité liées à ce thème.


Cahiers Chroniques /24 : J’irai m’accrocher chez vous

Sous la direction de Germain Roesz. ISBN  978-2-916058-48-1. Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2013. Disponible à la vente, 8€.

Oeuvres de : Patrick Bailly Maître-Grand, Benoit De Carpentier, Sophie Desclerc, Alix Hafner, Mirnaib Hasanoglou, Jan Horacek, Gabor Kerekes, Frédérique Loutz, Denis Roche, Mitsuo Shiraichi, Anne Suss, Raymond Emile Waydelich.

L’ensemble des étudiants du Master Critique-Essais de l’Université de Strasbourg s’est vu proposer l’organisation d’une exposition à partir du fonds de l’Artothèque de Strasbourg. Cette jeune structure inaugurée en 2012 au sein des locaux de la Médiathèque du Neudorf, offre aux particuliers la possibilité d’emprunter une œuvre d’art. Ce concept, apparu en Allemagne au début du XXème siècle, a commencé à se développer en France dans les années 1980. Aujourd’hui, on dénombre une cinquantaine d’Artothèques sur l’ensemble du territoire. Plutôt que de dégager une thématique à partir de ce fonds d’estampes et de photographies, nous orientons cette exposition sur le principe même de l’Artothèque. L’accès à une œuvre d’art par son emprunt nous étant inconnu, nous avons éprouvé ce mode d’acquisition temporaire pour pouvoir établir ensuite les bases de notre projet. Chaque étudiant, ou presque, a choisi une œuvre et l’a emportée chez lui. Autant d’expériences « Artothèque » différentes rassemblées dans l’optique d’une exposition collective, génèrent un balancement entre le privé et le public, l’intime et le collectif, deux sphères dont les limites viennent ici se confondre. L’Artothèque nous invite à construire une relation singulière à l’œuvre d’art dans un espace autre : le chez-soi. Le visiteur de l’exposition pourrait alors avoir envie de tenter à son tour cette rencontre. Une expérience en amenant une autre, notre statut initial d’emprunteur se mue en une double posture inédite : celle de commissaire-emprunteur. Nous prolongeons notre rapport à l’œuvre par un accrochage atypique, relevant presque de l’installation. L’espace d’exposition n’est plus ce White Cube neutre et immaculé, il devient un lieu habité par le public. J’irai m’accrocher chez vous rappelle dès lors cette visée, en se saisissant du titre de l’émission télévisée d’Antoine de Maximy, un globbe-trotter qui emmène le spectateur dans l’intimité de ses hôtes d’une nuit...

Cahiers Chroniques /25 : Les Troublantes

Sous la direction de Katrin Gattinger. Textes de : Letizia Bortolotti, Catherine Beloeil, Pauline Cavret, Katia Gagnard, Katrin Gattinger, Coralie Geng, Olivier Grasser, Eric Laniol, Tiphaine Larroque, Gabriela Roca, Mylène Schlosser, Valentin Schwindenhammer, Rachel Wehrung - ISBN  978-2-916058-46-7 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2014. Disponible à la vente, 8€.

L’exposition Les Troublantes, conçue et réalisée au printemps 2012 par les étudiants de Licence arts plastiques de l’Université de Strasbourg, présentait sept œuvres sélectionnées dans la collection du Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) d’Alsace : celles des artistes Pascal Bernier, Bruno Carbonnet, Dorit Cypis, Franta, Joël Kermarrec, Stéphane Lallemand, et Bernard Plossu. Exposées dans la Salle 27, espace d’exposition de l’Université de Strasbourg, ces créations ont été choisies pour leur capacité à émouvoir et déconcerter. Les jeunes commissaires d’exposition y ont détecté des moyens d’expression et des moyens plastiques qui semblaient confondre les repères et les registres établis. Par ailleurs, ces Troublantes questionnent, pour la plupart, le modèle féminin, et avec lui, un genre conventionnel qu’elles brouillent par ironie, dilution, immersion, provocation, ambiguïté, errance. Cet ouvrage, qui associe artistes, enseignants chercheurs, étudiants et l’équipe du Frac Alsace, prolonge les travaux du cours de médiation culturelle proposé en 2011-2012 par Katrin Gattinger. A la suite de, De l ‘Ombre à la lumière (2010), c’est le deuxième volume d’une série qui se propose de relayer un travail mené depuis plusieurs années au sein de la Faculté des arts de Strasbourg, et qui articule théorie, pratique et expérience professionnelle.

Cahiers Chroniques /26 : Workshop David Diao

"Nous nous allongeons sur la plage et rêvons à la garde à l’Aubette" - Workshop David Diao. Sous le direction de Stéphane Mroczkowski, et Alexandra Pignol - ISBN  978-2-916058-58-0 - Université de Strasbourg (Faculté des arts), 2014. Disponible à la vente, 6€.

Ce 26ème numéro des Cahiers Chroniques fait suite au workshop Davis Diao qui s’est tenu, dans le cadre de la résidence d’artiste David Diao à Strasbourg, en mars 2014 dans les ateliers de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg. Ce workshop a été mené avec le Service Universitaire d’Action Artistique (SUAC) de l’Université de Strasbourg, avec un soutien Initiative d’Excellence (Idex), et avec la participation de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg et de la Haute Ecole du Rhin (HEAR). Une exposition en a résulté, montrant les aboutissements du workshop. Elle s’est tenue du 29 mars au 5 Avril 2014 dans l’espace d’exposition de la Fabrique, ENSAS, à Strasbourg.

« Le présent ouvrage rend compte en images des travaux réalisés par chaque étudiant ou petit groupe d’étudiants à l’occasion du workshop Diao. Les textes qui accompagnent les travaux sont écris par les étudiants. Tous les étudiants ont été choisis sur leur motivation, ils ont donc été particulièrement investis. Ils ont eu l’occasion de travailler tous ensemble avec David Diao dans de vastes ateliers mis à disposition par à l’ENSAS. David Diao a pu les accompagner au jour le jour dans l’élaboration de leurs projets. Il a pu s’engager réellement dans un dialogue personnalisé à propos de chacun des projets. » (Alexandra Pignol, Stéphane Mroczkowski).


Cahier Chroniques / 27

In Situ Un lieu, des projets, Textes réunis par Katrin Gattinger

Couverture CC27

 

Cet ouvrage retrace les réflexions et productions d'un groupe de 21 étudiants en arts, du Master Recherche Arts Plastiques de l'Université de Strasbourg et de la Haute école des arts du Rhin (HEAR) lors du Workshop In Situ : Un lieu, des projets en novembre 2105 dans l'emblématique "Patio" du campus universitaire. Accompagnés par des artistes et enseignants des deux institutions, les étudiants ont investi durant une semaine ce bâtiment à l'architecture audacieuse—propice aux rencontres et riche d'une longue histoire culturelle, sociale et politique—pour se consacrer à une recherche artistique sur la question de l'in situ. Si une oeuvre in situ est réalisée en fonction, à partir et pour un lieu donné, d'autres questions se sont posées : comment amener l'art sur le campus, et donc au plus près de ses usagers ? Comment l'art parvient-il à aiguiser le regard sur les fonctions et les usages d'un espace donné ? De quelle manière un contexte singulier participe-t-il à la création artistique qui s'y déploie ? Qu'est-ce que l'art peut apporter à un bâtiment universitaire ? Comment garder une liberté d'expression dans un espace public régit par nombre de règles de sécurité contraignantes ? Ainsi , durant une semaine de discussions, de rencontres et surtout d'une énergie folle, des installations  éphémères ont vu le jour : installations interactives, sonores, visuelles, performances, interventions participatives, dessins dans l'espace,projections, leurre arcitectural... le tout devant disparaître le lendemain....

Reportage sur : UTV.UNISTRA.FR/VIDEO.PHP?ID_VIDEO=705

 

Télécharger le bon de commande

 

EnregistrerCouverture CC27

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer